Florence Noël

Archive for avril 2014|Monthly archive page

CENT POETES BELGES DE A à Z : William CLIFF

In Cent poètes belges de Philippe Leuckx, Citation - extraits on avril 9, 2014 at 5:47

C comme CLIFF (William)

______________________

 

William Cliff

 

 

Né en décembre 1940. Publie depuis 1973, chez Gallimard, à la Table Ronde…

Titres : « Homo sum », « Immense existence », « Autobiographie »…

 

 

 

 

 

FRAGMENT de « Autobiographie » :

laissé sur le sol à l’abri des neiges

je rêvais en écoutant les bruits sourds

qui montent d’un pays pris dans le piège

de la blancheur tombée sur les labours

je sentais le froid peu à peu engour-

dir mon corps étendu et l’avenir

semblait si loin qu’il n’aurait dû venir

que dans un siècle entièrement nouveau

je vivais hors du temps la rêverie

seule éclairait le cours de mes travaux

(La Table Ronde, 2009)

 

Un article de Philippe Leuckx

l’expérience d’une liste : Corinne Le Lepvrier dans les Carnets d’Eucharis 2

In Citation - extraits, Recueils poésie on avril 9, 2014 at 12:00

Prendre le temps de la découverte du travail de revuiste mais sans doute davantage encore d’éditrice de Nathalie Riera dans ses Carnets d’Eucharis de Nathalie Riera. Avec la revue DiptYque, je sais, de l’intérieur, combien ce travail est un travail de tissage, dans le temps, de choix personnels, de rencontres et de confiance aussi.

Envie de réagir à temps et aussi contretemps à ce qui s’offre dans ces pages, ce qui me touche, éclectisme de ce qui est publié et éclectisme des sensations activées chez le lecteur. Une revue est à la fois une unité et un morcellement et on peut goûter l’ensemble qu’elle forme comme certaines pages, singulières, petits ensembles qui sont en elles-mêmes des recueils dans le recueil que forme le Carnet.

*

 

Texte de Corinne Le Lepvrier dans les Carnet d'Eucharis #2

Texte de Corinne Le Lepvrier dans les Carnet d’Eucharis #2

Première vraie rencontre, celle de l’écriture de Corinne Le Lepvrier. Sur trois pages, densément, s’échafaude une liste provisoire de ses « dernières découvertes sur sa vie »…. Les listes sont un mode organisé de la pensée, plus qu’une énumération, elles permettent la brièveté et de s’affranchir, en apparence, d’une hiérarchie, de cohérence contrainte, de l’élaboration d’une rhétorique, bref d’éviter les liens de causalités ou les liens de filiation (sauf si des listes s’enchâssent dans d’autres, ce qui n’est pas le cas ici). Aucun lien, en apparence seulement, parce qu’il apparaît rapidement que le Corine Le Lepvrier, en égrenant ces brèves notices sur son enfance, ou sur son « être au monde enfant », ne parle que de cela, du « lien » et plus particulièrement, du « lien de filiation et de parentalité».

En tête de liste et ironisant sur les dire du Prophète de Khalil Gibran, Corinne nous assène la découverte magrittienne :

«/ Nos parents ne sont pas nos parents ».

Notre esprit de lecteur s’emballe : poser la filiation en abîme de la parentalité, c’est comme souligner ce lien qui transparait par toute cette force de l’absence et de la double négation posée en exergue.

Car la liste continue, sur le portrait du père « océanique » flux, mais reflux et roulement de cœur à cœur et de la mère « vent », passante, en surface et floue. Et de cette fille résultante, née « en avance ou pressée entre eux » : fille « mouette belliqueuse » mais « vive, vivante, vivace de mes écartèlements ».

Alors, la liste continue, enchevêtrant les pôles paternels et maternels de cette enfance « désolée ».

La mère, celle de la filiation du lait que «j’exècre », du liquide, du blanc, de tout ce qui noie, qui pose, appose, dépose, la mère « pas là » facilement

Le père : celui de la filiation du sang, du torse, des mots, des pieds : le père des « pas »

« / enfant mes pieds en équilibre drôle sur ses pieds et il marche ainsi et on rigole de mes pas sur ses pas »

Un portrait entrelacé, livré sur le dernier mot de la liste « provisoire ». Car c’est aussi l’amour des mots qui tient l’’enfant devenu adulte, comme une île. Pour ne pas se noyer.

Avec cette préférence, notée :

« / enfant, refaire le chemin à l’envers avec les pas dans les pas pour recommencer dans le sable »

 

Faire l’expérience d’une liste. Sous ses dehors formels, c’est entrer avec pudeur dans l’intimité qui se livre, s’incante. Une liste comme une intercession : délivrez-moi/exhaussez-moi de mes liens ?

CENT POETES BELGES DE A à Z (24) : Thierry-Pierre Clément

In Cent poètes belges de Philippe Leuckx, Citation - extraits on avril 1, 2014 at 8:23

C comme CLEMENT (Thierry-Pierre)

__________________________

 

Thierry-Pierre Clément

 

 

Né en 1954. Poète, romancier (Prix Hubert-Krains 1990 pour « Furnes et la montgolfière »).

Titres : «  »Le laurier-rose », « Un chemin de lumière ».

 

 

 

 

 

EXTRAIT de « Fragments d’un cercle » :

INDIENNE

2

les nuits n’ont plus de nombre

les montagnes paraissent trop blanches

et les fleurs trop douces

leur poison trop facile

 

la lune est amère

et la mer trop grande

pour entrer dans ton ventre

(Parole, Le Non-Dit, 2010, p.44)

 

DERNIER TITRE PARU: « Ta seule fontaine est la mer » (Maison internationale de la poésie, Bruxelles, coll. A bouche perdue, 2013)

 

En savoir plus sur l’auteur

 

Un article de Philippe Leuckx

CENT POETES BELGES DE A à Z (23) : Achille Chavée

In Cent poètes belges de Philippe Leuckx, Citation - extraits on avril 1, 2014 at 8:13

C COMME CHAVEE (Achille)

———————————————–

Achille Chavée

 

 

 

 

Né en 1906. Le plus grand poète hainuyer. Décédé en 1969. Auteur de très nombreux livres de poèmes d’obédience surréaliste.

Titres : « Cristal de vivre », « Catalogue du seul », « Décoctions », « Laetare 59″…Son poème « Identité » est extraordinaire d’invention.

 

FRAGMENT de « Histoire simple » :

 

Maintenant je suis un grand animal blessé

 

dans la jungle du temps

 

 

En savoir plus dans un des dossiers du Service du Livre Luxembourgeois

 

Un article de Philippe Leuckx